Comment choisir une huile d'argan cosmétique ?

 

Avant toute chose, précisons qu’une huile d’argan cosmétique digne de ce nom n’a pas d’odeur.
Pour avoir l’assurance d’acheter un produit d’excellente qualité, une seule solution : avoir l’assurance que toute la chaîne de production est contrôlée :
- Les noix ramassées ne doivent pas avoir été ingérées par les chèvres qui se nourrissent de la pulpe et rejettent le noyau. Si l’utilisation de ces noix n’est pas interdite, elles donnent une odeur “animale” à l’huile, que certains laboratoires désodorisent à la vapeur. L’élévation de température détruit une partie des principes actifs (acides gras, vitamine E).
- Les amandons ne doivent pas être torréfiés. Cette opération confère à l’huile d’argan un arôme de noisette caractéristique, apprécié pour un usage alimentaire, mais peu prisé en cosmétologie.
- L’extraction de l’huile argane doit être faite avec des presses mécaniques à faible rotation afin que la température n’excède pas 60°C. C’est à cette condition que l’huile d’argan conserve toutes ses vertus.
Certaines huileries utilisent des meules modernes dans lesquelles l’huile peut atteindre plus de 100°C tout en indiquant qu’il s’agit d’une “première pression à froid“ !!!
- L’extraction artisanale au moyen de meules en pierre est à éviter. Cette technique nécessite la torréfaction préalable des amandons afin de diminuer le taux d’humidité et rendre possible l’extraction de l’huile. Par ailleurs, la pâte obtenue est pétrie avec de l’eau tiède. Il s’agit essentiellement d’eau de pluie, stockée dans des citernes et dont l’absence de germes et de bactéries est loin d’être une réalité. L’huile d’argan obtenue par cette technique artisanale a une faible durée de conservation (3 mois) .../...