Un peu de botanique...

Argania Spinosa est le nom qui a été attribué en 1911 à cette curiosité de la nature. Pourtant présent depuis plus de 80 millions d’années au Maroc, cet arbre menacé, qui pousse aujourd’hui exclusivement dans la région du sud-ouest marocain, n’a fait l’objet de toutes les attentions que très récemment.

Visualisez la carte de l'arganeraie au Maroc.

De la famille des Sapotacées, reconnue pour donner naissance à des espèces rustiques et résistantes et présentant un intérêt au niveau alimentaire, l’arganier est un arbre qu’on ne cultive pas.
Cet arbre épineux – d’où l’adjectif “Spinoza” – qui peut atteindre 8 à 10 mètres de hauteur et vivre jusqu’à 200 ans, est facilement reconnaissable dans le paysage marocain. Il présente une cime large et ronde, un tronc noueux, tortueux et assez court, souvent lui-même formé de plusieurs branches entrelacées. Les forêts d’arganiers sont assez clairsemées (environ 30 arbres par hectare).
Les rameaux de l’arganier sont épineux et garnis de petites feuilles de couleur vert sombre qui peuvent subsister même durant la saison sèche.
Enfin, l’arganier donne des fleurs et des fruits. Les fleurs apparaissent entre mai et juin et sont jaune verdâtre, parfois blanches. Le fruit a la taille et la forme d’une grosse olive, il est constitué d’une pulpe et d’un noyau contenant des graines appelées amandons. En moyenne, un arbre peut produire jusqu’à 8 kg de fruits par an soit un total de 128 000 tonnes par an, pour l’ensemble de l’arganeraie marocaine.
L’arganier présente de nombreuses particularités.
Il peut pousser sur n’importe quel type de sol, à l’exception des sols meubles comme le sable.
Il ne craint pas la chaleur, c’est pourquoi on le trouve essentiellement dans les régions arides, semi arides et aux portes du désert. .../...